ANDERNOS, j'ai rêvé de toi.

 

ANDERNOS,

J'ai rêvé de toi.

 

 

 

J’ai rêvé de toi, ô ! ma belle endormie,

Tu reposais alors, dans un écrin de jade,

A l’abri des regards, loin de tes ennemis.

Et l’autan sur ton site te sifflait une aubade.

 

Et ce faible zéphyr, comme un elfe de verre,

Caressait doucement le troncs des séculaires,

Accordant des notes sur les branches légères,

Pour qu’au petit matin, cet air puisse nous plaire.

 

J’ai rêvé de toi comme on aime une fille ;

Tes formes rebondies par tes dunes légères,

Sont les courbes troublantes où mon coeur s’éparpille,

Enflammant le désir, que ton corps me suggère.

 

J’ai rêvé de toi, ô ! ville de mes racines,

et je t’ai vue souffrir, sous les lourdes  chenilles,

Des engins décidés, à la bouche assassine,

Abattant  des  maisons et les belles charmilles.

 

J’ai rêvé de toi, ô ! ma belle endormie,

Mais le  jour viendra bientôt, porteur des lourds secrets

De tous ceux que tu aimais et que tu pensais amis,

Qui te mettront à mal sur un simple décret!

 

 

François Veillon

 

Commentaires (1)

1. carte r4 (site web) 14/07/2011

tres beau poeme
tres joli

bravo!!!!!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site