Si j'étais...

Si j’étais un chef de service, je valoriserai la bonne volonté de mes subordonnées pour la tâche accomplie Une production ne peut se réaliser que dans un climat de confiance. Je ne chercherai pas à les brimer pour les erreurs qu’ils auraient commises. Je les encouragerai et les féliciterai pour le travail exécuté correctement, car je saurai qu’ils n’auraient pas choisi ce métier par vocation mais par nécessité.

Si j’étais un élu dans la territorialité, je travaillerai dur pour bien comprendre les rouages des différents services, j’honorerai tous mes rendez-vous de permanence et je répondrai à tous les courriels. Je serai efficace, attentif, à l’écoute, pour rendre service aux employés et au public. J’irai jusqu’au bout de mes possibilités pour aider tous ceux qui viendraient me voir. Au besoin je sortirai du cadre si la situation l’exigeait.

Si j’étais Maire, je respecterai le plus petit des précaires de la catégorie C et je le titulariserai pour tout le travail qu’il aura effectué, sans le jeter comme un mouchoir de poche à l’issue de son contrat. J’écouterai tous les avis des habitants de ma commune et je ne me lancerai pas dans des programmes qui porteraient atteinte au bon sens et finalement au bien-être de chacun.
Je valoriserai l’aspect patrimonial en m’efforçant de restaurer les vieilles demeures plutôt que de les raser. Je n’augmenterai pas les impôts locaux de vingt pour cent, car je saurai qu’ils pénalisent ceux qui ont le moins de moyen pour les acquitter. Je serai toujours comme au premier jour de mon élection. Intègre, impartial, humain et je ne me mettrai pas en colère, fort de mon pouvoir et de mon ascendant sur mes administrés.

… Si j’étais président de la république j’appliquerai une démocratie participative en ce sens que tous les avis seraient pris en compte, tous partis confondus, pourvu que ce soit bon pour le peuple. Je n’aurai qu’un rôle représentatif mais je serai ferme si la situation le demandait. Je développerai l’énergie solaire pour lutter contre la pollution en ce sens que cet astre de vie peut plus nous apporter que nous ne l’imaginons. Ce ne sera pas au moyen des panneaux photovoltaïques mais au moyen de cristaux ; des chercheurs travailleront dur pour concrétiser cette énergie inépuisable. Les richesses seront mieux partagées, il est inadmissible qu’un pour cent des riches possèdent la totalité des biens de la planète. Les salaires seront augmentés par cette répartition. La sécurité sociale sera moins déficitaire grâce aux subventions qui lui reviendraient de droit ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Je valoriserai l’artisanat qui est paraît-il le premier employeur de France. Il faut savoir que sur un chiffre d’affaire modeste un artisan ne reçoit que le tiers pour vivre. Les deux-tiers sont à partager entre les impôts et les caisses de retraites. Retraites insuffisantes lorsqu’elles sont reversées d’ailleurs.
Pour le délicat problème des flux migratoires, il conviendrait, en accord avec la Communauté européenne et les pays concernés de partager des aides sociales. 
Les chefs d’états de ces pays responsables de ces exodes devraient créer un fond social pour les bénéficiaires qui migrent en Europe, allégeant ainsi les charges des états qui les reçoivent.

Contrjour

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site